Article paru dans la Neue Zürcher Zeitung

Les erreurs façonnent notre personnalité

Les élèves Montessori apprennent continuellement de leurs erreurs. Et développent ainsi une pensée autonome et créative

De Patrick Imhalsy

Dimanche 23 août 2020

L’école a maintenant repris dans la plupart des cantons. Mais quel type d’éducation est le plus bénéfique aux enfants et favorise les compétences dont ils ont besoin pour réussir aujourd’hui ? Il existe d’innombrables concepts pédagogiques. Pourtant, peu de recherches ont été menées jusqu’à présent sur l’influence d’un environnement d’apprentissage particulier sur le développement des enfants et sur la manière dont cela se reflète dans les réseaux neuronaux du cerveau.

La neuroscientifique romande Solange Denervaud s’est penchée sur ces questions. Elle a comparé le comportement et les scanners cérébraux d’enfants fréquentant une école primaire traditionnelle avec les résultats d’enfants fréquentant une école Montessori.

Les conclusions de son étude : les enfants Montessori sont orientés « processus » et acceptent les erreurs afin de se développer selon le principe de l’essai et de l’erreur. En revanche, les élèves de l’enseignement classique sont axés sur les résultats et étudient de sorte à toujours pouvoir reproduire la solution correcte à un problème (“Science de l’apprentissage”).

Dans un monde qui change si rapidement, il n’est plus possible de connaître les bonnes réponses à toutes les questions, déclare Solange Denervaud. “Mais nous pouvons apprendre des erreurs que nous faisons et adapter notre comportement pour ne pas commettre deux fois les mêmes erreurs”. Cela favorise la pensée autonome et créative.

La chercheuse estime donc qu’il convient de remettre en question les pratiques pédagogiques traditionnelles afin de pouvoir répondre aux besoins de demain. Avant de devenir bio-ingénieure et d’obtenir un doctorat en neurosciences à l’Université de Lausanne, Solange Denervaud a suivi une formation d’enseignante Montessori et a enseigné dans une école correspondante à Vevey. “Cette expérience m’a fascinée”, dit-elle.

Pas de contenu fixe

Le concept éducatif développé par la médecin et pédagogue réformiste italienne Maria Montessori à partir de 1907 est toujours populaire aujourd’hui. Il est principalement pratiqué dans les écoles privées en Suisse. Il considère l’enfant comme étant également le “maître d’œuvre de son propre moi”. Au lieu d’enseigner selon des horaires rigides et un contenu fixe, les enfants sont encouragés à choisir leurs propres tâches et à s’approprier les concepts d’apprentissage. Les cours se déroulent en groupes mixtes, qui comprennent par exemple tous les élèves âgés de 6 à 12 ans. Les enfants veillent les uns sur les autres et se soutiennent mutuellement – au lieu de se contenter de réagir aux commentaires des enseignantes et enseignants.

La pédagogie Montessori met l’accent sur le traitement des erreurs. Dans l’enseignement traditionnel, les enfants d’un même groupe d’âge doivent s’entraîner à une tâche, et quelque temps après, l’enseignant leur présente les bonnes réponses.

Dans l’enseignement Montessori, cependant, les enfants se corrigent immédiatement et continuellement – à l’aide d’un matériel pédagogique spécialement conçu à cet effet. Si, par exemple, un triangle qu’ils ont construit eux-mêmes ne tient pas dans une forme donnée, les enfants expérimentent jusqu’à ce que cela fonctionne.

“Les erreurs sont souvent utilisées comme un mécanisme de tri pour séparer les bons élèves des mauvais”

Lutz Jänke, Neuropsychologue

Pour leur étude, Solange Denervaud et ses collègues ont examiné 32 enfants suisses, 16 provenant respectivement d’une école Montessori et d’une école traditionnelle. Tandis que les élèves résolvaient des problèmes mathématiques, un scanner de leur cerveau était réalisé à l’aide de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. Il s’agit d’une procédure d’imagerie qui enregistre les changements physiologiques dans le cerveau et fournit ainsi des informations sur les zones dans lesquelles les cellules nerveuses sont actives lorsqu’elles effectuent une tâche particulière.

Les deux groupes ont résolu de façon similaire de nombreuses tâches correctement – mais d’une manière différente. Les élèves Montessori ont accompli les tâches fixées de manière systématique et plus rapidement que les élèves issus de l’enseignement traditionnel – au risque de faire des erreurs. Ils ont montré une activité plus élevée dans les régions du cerveau qui sont responsables du traitement mathématique et visuel.

De plus, les connexions fonctionnelles entre la zone de traitement des erreurs et celle de résolution des problèmes étaient particulièrement prononcées dans leur cerveau. Chez les enfants issus d’une école traditionnelle, le centre d’erreur était principalement relié à l’hippocampe, qui est responsable de la mémoire. Cela signifie que les enfants Montessori apprennent en temps réel de leurs erreurs alors que les autres enfants sont occupés à se souvenir des bonnes réponses.

 « Des êtres capables de développement » 

“C’est l’une des premières études qui a examiné les enfants de différents types d’écoles à la fois en termes de psychologie comportementale et de ce qui se passe dans leur cerveau. Et cela a été très bien réalisé”, déclare le neuropsychologue Lutz Jäncke de l’université de Zurich, qui n’a pas participé à ce travail.

Il critique également le fait que le système scolaire classique s’attache à éviter les erreurs. Mais les erreurs valent mieux que leur réputation : “Les enfants sont des êtres capables de développement. Pour progresser, ils doivent pouvoir tirer les leçons de leurs erreurs”, déclare M. Jäncke. “Au lieu de cela, les erreurs sont souvent utilisées comme un mécanisme de tri pour séparer les bons élèves des mauvais élèves”.

Traduction avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite), révisée par des membres du comité de l’ARdEM et par Solange Denervaud

Published by